Connexion



Se connecter
S'inscrire

Vous êtes ici : Accueil » Jeux » Paper Mario : Sticker Star » Tests » Test de SLBros.

Paper Mario : Sticker Star

Fiche du test
SLBros.
Par SLBros.
7/10
1 commentaire

Boite de Paper Mario : Sticker Star

C'est en cette fin d'année que Nintendo lança Paper Mario: Sticker Star, un jeu très attendu depuis mi-2010. Quatrième volet de sa série, le jeu semblait bien mystérieux et surtout redouté de par ses changements drastiques de gameplay! Nous allons donc voir si le jeu est à la hauteur de nos fortes espérances.


Ce qu'il faut savoir avant de commencer, c'est que ce jeu ne vise pas du tout les mêmes buts que ses grands frères. A la trappe le scénario; voici un jeu beaucoup plus basé sur l'action. En effet, si l'un des points forts de la série Paper Mario était son scénario, cet épisode 3DS se révèle déçevant sur ce point car il perd complètement cet atout.

La Fête des Stickers a lieu au village de Decalbourg; pendant cette fête descend la comète Sticker qui a soi-disant le pouvoir d'exaucer les voeux.
Vous imaginez la suite, Bowser s'est invité à la fête et s'est approprié les pouvoirs de la comète. Le plombier légendaire que tout le monde connaît riposta, ce qui eût des conséquences plutôt explosives. Six Stickers Royaux sont éparpillés dans le Royaume Champignon, et c'est à vous de les retrouver, avec l'aide de Collette, un sticker un peu cynique sur les bords.
Au passage, Peach s'est fait kidnapper.

Voici donc à quoi se résume cet opus. Sa simplicité n'a d'égal que de son manque cruel de dialogue comparé aux autres volets. Ce qui est franchement triste car l'humour des textes joue beaucoup sur l'ambiance du jeu.


Niveau collant, Bowser reste quand même le grand gagnant.


Ce que prône le jeu, ce sont (vous l'aurez compris) les stickers! En effet, c'est simplement le centre du gameplay: tout se fait avec des stickers. Vous pouvez en obtenir de différentes façons: en les achetant, en tuant des ennemis qui en lâcheront en conséquences et en décollant ceux qui sont éparpillés un peu partout. Ce seront donc vos attaques et vos objets, vous ne pourrez rien faire sans. Non, même pas sauter! Il vous en faudra donc le plus possible.
Certains de ces stickers sont brillants; ils feront donc bien plus mal.

L'autre point original, c'est que des éléments "réels" (comprenez "qui ne sont pas en papier") font leur apparition. Si vous ne pouvez pas les utiliser dans leur état primaire, n'ayez crainte car vous trouverez assez vite dans le jeu le stand de création de Stickers. Il vous permettera de transformer ces objets en stickers (sans blague), qui agissent en tant qu'attaques spéciales lors des combats. Par exemple, la Radiocassette doublera votre attaque pendant trois tours, tandis que la Boule de Bowling fera un strike de vos ennemis!

La variété de ces objets est aussi énorme qu'hilarante, et si certains sont vitaux à la progression, d'autres sont optionnels et il y en a vraiment beaucoup.


Certains ennemis aussi sont brillants: ça veut dire qu'ils sont plus puissants!


Ces stickers seront stockés dans votre album à sticker (situé sur l'écran tactile), dont les pages augmenteront au fil du temps, vous permettant d'en stocker de plus en plus. C'est important car plus le sticker est puissant, plus il prendra de place! Il faudra non seulement trouver les bons stickers mais aussi gérer son album de façon optimale. Les utilisations sont nombreuses et variées, non seulement en combat mais aussi en dehors.

En effet, les stickers peuvent s'appliquer sur votre environnement grâce à la "papérisation"! D'un simple pression sur le bouton Y, le monde s'affichera sous la forme d'une feuille de papier. Vous pourrez alors décoller les éléments du décor qui semblent louches, ou bien coller des stickers sur les endroits prévus à cet effet, ce qui s'avère bien souvent primordial à l'aventure.


Il manque quelque chose, non?


L'environnement est très riche et de nombreuses interactions sont possibles. Vous pouvez bien sûr sauter et écrabouiller de nombreux trucs à l'aide du marteau que vous trouverez dès le début du jeu. (d'une façon peu ortodoxe)
L'aspect papier est présent plus que jamais dans cet opus et il faut avouer que la 3D le renforce très bien, même si elle est dispensable. On verra souvent les personnages se plier et les ennemis adopter d'autres formes, comme celle d'un cône en papier. On vous déconseille de sauter dessus!
C'est un jeu très riche graphiquement que nous avons là; et même si les environnements sont bien plus classiques qu'à l'accoutumée, ils restent aussi plaisants et chatoyants.

C'est avec plaisir que l'on retrouvera de nombreux clins d'oeil à différents éléments de l'univers Mario, comme le costume de grenouille et des ennemis venants d'autres volets de la série Mario. L'humour, malgré le manque de dialogues, est toujours bien marqué!

L'aspect papier est aussi utilisé concrètement par le jeu: il vous arrivera de tomber sur des énigmes, et certaines reposent sur le fait que le jeu soit "en carton" (expression non sarcastique) et il vous faudra parfois vous rappeller ce à quoi vous jouer pour progresser!
La musique adopte, elle, un rythme "jazzy", assez unique au jeu, comme on en a l'habitude avec la série.

Artistiquement parlant, nous sommes donc face à un jeu très solide. Mais au niveau du gameplay, nous touchons un point sensible.


Le jeu adopte même la 2D pour certains passages.


Car en effet, le jeu adopte de nouveau le système au tour par tour en ce qu'il s'agit des combats. Le problème, c'est qu'il n'y a plus aucun système d'expérience! La seule statistique de Mario reste ses points de vie, et il vous faudra les augmenter avec des Coeurs Vie, des objets bien cachés parmi les niveaux.
Vous disposerez plus tard d'une machine à chance lors des combats. Au prix de trois pièces (plus si vous désirez avoir plus de chance), vous pourrez lancer la machine. Alignez deux ou trois signes identiques, et vous disposerez du même nombre d'attaques par tour; c'est bien souvent décisif. Le facteur chance est donc présent, ce qui n'est pas toujours une bonne chose.

L'intérêt des combats se résume souvent à collecter des pièces, ce qui peut s'avérer minime; on en vient à éviter l'affrontement dès que possible, ce qui est dommage car l'immense variété des stickers ainsi que leur effet comique vaut le coup d'oeil.
La difficulté reste quand même bien gérée; vous en trouverez de plus puissants au fur et à mesure de votre aventure.

La structure générale du jeu et sa difficulté relativement simple mais bien gérée lui procurent une durée de vie correcte. Comptez entre 15 et 20 heures, plus si vous êtres un acharné du 100%!


Sticker Star, le seul jeu où l'on peut attaquer avec une canette de soda.


Ce qui fâche, par contre, c'est l'absence quasi-totale de certains éléments! Exit les partenaires de combat; Mario combattra tout seul! Au revoir le système d'ingrédients et de recettes; il n'y a que les stickers qui comptent! Hasta la vista le Puits aux 100 Etages!
Ajoutez à cela le fait que le jeu soit plus ou moins linéaire, et le résultat est bien monotone. En dehors de l'aventure, il n'y a en effet quasiment rien à faire. Le jeu se veut beaucoup plus simple que ses prédécesseurs, ce qui ne plaira pas à tout le monde.

Même si l'on peut regretter de nombreux aspects du jeu, c'est à bras ouverts que l'on en accueille de nouveaux. Et comme Super Paper Mario en son temps, Paper Mario: Sticker Star apporte un vent de fraîcheur non négligeable.
C'est quand même avec un brin de déception que l'on se dit "On espérait un peu mieux!"


Gameplay7/10Radicalement différent de celui des opus différents, les combats sont devenus bien plus simples. Même si ils sont plaisants, ils n'apportent souvent rien.
Scénario5/10L'excuse classique ne tient pas: ça a beau être un jeu Mario, cette série avait un scénario développé avant et c'est regrettable de voir ce point partir. Malgré tout, le jeu s'en sort bien grâce à ses dialogues, quoique peu nombreux.
Durée de vie7/10Une durée de vie correcte, bien qu'un peu réduite par le manque encore plus marqué de quêtes annexes.
Graphismes9/10L'univers en papier rend vraiment très bien et fait preuve d'originalité: on regrettra juste l'effet "escalier" que la 3DS a tendance à créer.
Bande Son6/10Moins marquante que d'habitude, elle reste tout autant représentative du jeu et se laisse écouter.
Total7/10Malgré tout cela, Paper Mario: Sticker Star reste un bon jeu. Alors oui, le jeu est radicalement différent. Certains lui reprocheront le fait qu'il soit trop simple, d'autres le fait qu'il soit trop linéaire. Ce qui compte pour moi, c'est que je me suis amusé en y jouant, et c'est bien là le principal, non?


1 commentaire !
Mayano Mayo
Mayano Mayo
Le 04/02/2014 à 18H50
C'est vrai qu'il est vraiment différent des 3 autres opus...

Mario ? Qu'est-ce tu fais ici ? On a pas encore lancé notre attaque !
Bowser, Super Paper Mario