Connexion



Se connecter
S'inscrire

Vous êtes ici : Accueil » Jeux » Mario Tennis Open » Tests » Test de YΩshi

Mario Tennis Open

Fiche du test
YΩshi
Par YΩshi
7/10
2 commentaires

Boite de Mario Tennis Open

Le tennis a toujours été un des sports de prédilection de Mario. Et Nintendo avait toujours pris soin de distinguer clairement les opus de salon et ceux sur console portable avec des concepts bien différent. Mais ce nouvel épisode sur 3DS change la donne…

Deux jeux Mario Tennis sont déjà sortis sur consoles portables : un sur Game Boy et l'autre sur Game Boy Advance, les deux se ressemblant d'ailleurs beaucoup. Dotés d'un mode aventure RPG, le jeu vous mettait aux commandes d'un garçon ou d'une fille lambda devant progresser dans une école de tennis, les personnages Mario étant en quelque sorte les boss de fin de jeu que l'on devait vaincre.

Aux manettes depuis le premier épisode (si l'on ne compte pas celui sur Virtual Boy), Camelot a cette fois décidé de se baser plutôt sur le modèle des épisodes de salon à savoir des modes de jeu beaucoup moins nombreux et un accent mis sur le multijoueur.

Et quand je parle de modes de jeu moins nombreux, ce n'est pas qu'un peu. Passons sur le mode Exhibition si vous le voulez bien (le titre parle de lui-même) et attardons un peu sur les tournois, qui semblent constituer le mode principal du jeu et sur lesquels tout joueur fera ses premiers matchs. Chaque tournoi se déroule sur trois matchs aux nombres de sets progressif et vous débloquez le prochain tournoi une fois celui-ci gagné. Et il pourra difficilement en être autrement devant le manque de maîtrise de vos adversaires. À part peut-être sur le huitième et dernier tournoi, vous aurez du mal à perdre un set. De ce fait, le mode aura tôt fait de perdre son intérêt. À moins que vous ne soyez un acharné comme moi voulant toutes les coupes avec tous les personnages du jeu.



En revanche, si vous voulez un peu plus d'originalité, il faudra se tourner vers les "Jeux spéciaux". Enfin, originalité, c'est vite fait. On retrouvera dans cette catégorie le classique "Défi anneaux" consistant à faire passer la balle dans des anneaux qui grossissent et rapportent de moins en moins de points au fur et à mesure, ainsi que "Halte aux plantes", où il faudra cette fois renvoyer les balles envoyées aux quatre coins du terrain par des plantes Piranha. La particularité du mini-jeu sur cette version 3DS étant que les plantes enverront également des balles d'encre pour obstruer votre vision.

"Échanges galactiques" est lui aussi une version revisité d'un mini-jeu de l'opus GameCube/Wii sauf que le Bloups a été remplacé par un Luma et une ambiance Super Mario Galaxy. Mais il faudra toujours viser dans des coins précis du cours, les autres envoyant la balle dans un trou noir, et récupérer le plus de points au passage.

Le seul mini-jeu réellement nouveau est "Super Mario Tennis", un mur interactif faisant défiler des niveaux de Super Mario Bros. premier du nom et sur lesquels vous devrez envoyer la balle afin de récupérer des pièces, tuer des ennemis, le tout étant chronométré. Malheureusement, ce nouveau mini-jeu est également le moins intéressant, l'action étant très lente et l'intérêt assez limité.



De ce fait, autant dire que le contenu en solo est plus que décevant. Heureusement qu'il s'agira principalement du seul grief que l'on pourra faire au jeu car sur le reste, les déceptions seront de plus faible importance.

Et ça commence par le système de jeu que l'on pourrait aisément qualifier de presque parfait. Exit les super frappes de l'épisode GameCube qui ruinaient le rythme du jeu, place aux frappes chances ! Durant le match, des cercles de couleur apparaîtront sur le court. Chaque couleur correspond à un type de frappe (rouge pour le lift, bleu pour le coupé, jaune pour le lob, etc…) et faire la frappe correspondante dans le cercle démultipliera la puissance de cette frappe. Par exemple, un lift en frappe chance enverra l'adversaire au fond du court de par sa puissance ou un coupé aura un effet absolument improbable.

Mais là où le jeu réalise un véritable tour de force, c'est que tout cela s'apprend relativement facilement, et qu'on saura rapidement où atterrira à peu près la balle si l'adversaire active cette frappe chance. Car vous n'êtes absolument pas obligé de réaliser la frappe de la couleur indiqué, ce qui introduit également une bonne part de bluff. Par exemple, si un cercle de couleur grise apparaît et que votre adversaire connaît bien le jeu, il y a de fortes chances qu'il s'approche du filet car il sait que cela correspond à un amorti. Mais rien ne vous empêche de faire un lob à la place et de surprendre votre concurrent. Et je peux vous assurer que le résultat sur les nerfs de l'autre et absolument jouissif.



Parlons maniabilté désormais. Et pour être honnête, si vous ne trouvez votre bonheur dans ce qui est proposé, vous êtes de mauvaise foi. Car Nintendo propose plusieurs façon de jouer. Commençons par ce qui est appelé le "mode direct". Une fois la console placée à la verticale, ce mode s'enclenchera automatiquement et placera la vue derrière le joueur. Vous jouerez alors avec le gyroscope de la console pour placer votre balle au moment de votre frappe. La console dirigera alors votre joueur mais vous pourrez néanmoins toujours le déplacer à l'aide du stick. Ce mode de contrôle n'est pas le plus optimal mais il pourra plaire à certains. Pour les autres, il est heureusement possible de le désactiver dans les options.

Il est également possible de jouer soit aux boutons, soit à l'aide de l'écran tactile qui affiche les différentes frappes. L'un ou l'autre ne change pas grand chose si ce n'est que les boutons sont plus agréables à utiliser mais qu'il faudra alors retenir les couleurs des frappes. On notera tout de même deux choses. La première est que les lobs et amortis nécessitent une combinaison de deux boutons (A puis B pour le premier, l'inverse pour le deuxième) et que cela pourra poser problèmes à quelques joueurs, du moins au début. La deuxième est la présence d'un bouton que l'on pourrait percevoir comme de la triche au premier abord : le bouton X. Celui est censé réaliser automatiquement les bonnes frappes. Mais on perd alors tout l'aspect tactique du jeu et les frappes sont moins puissantes. Et si vous appreniez plutôt à jouer vraiment ?

Graphiquement, le jeu s'en tire admirablement bien avec des personnages à l'allure soignée, des couleurs éclatantes et d'excellentes. On regrettera tout de même que ces animations soient exactement les mêmes que sur GameCube pour les personnages présents sur les deux jeux. De même, les terrains ont tous une identité propre (ainsi que des façons de jouer différentes sur chaque bien entendu). On retiendra entre autre le Dôme galaxie où le terrain change à chaque frappe chance réussie et des Luma de part et d'autre du terrain. On déplorera là des décors invisibles et une balle passant au travers des décors secondaires. Rien de bien grave mais c'est dommage.



Question musique, c'est encore Motoi Sakuraba, compositeur que l'on retrouve souvent chez Camelot, qui s'est occupé de la bande son. Certaines pistes sont excellentes et restent en tête (les remixs des anciennes musiques principalement), les autres s'oublient mais restent agréables à l'oreille. En tout cas, les sonorités RPG restent appréciables malgré la disparition du mode. Pour les voix, on reste dans le Mario habituel avec les voix officielles de chaque personnage. Néanmoins, le fait que Nintendo n'ait pas jugé nécessaire de ré-enregistrer la voix du commentateur est vraiment dommage. On se retrouve avec le même que sur GameCube avec les noms des personnages remplacés par "Serveur" ou "Relanceur" puisque certains personnages seulement présents sur cet opus 3DS n'avaient logiquement pas eu leur nom enregistré à l'époque du Gamecube.

Et bien parlons-en justement des personnages. Au nombre de 12 + le Mii au départ, on en dénombrera quatre autres à débloquer, chacun en atteignant le dernier niveau d'un mini-jeu. Métal Mario ainsi que sept autres couleurs de Yoshi se débloquent par des QR Codes que vous pouvez facilement trouvé sur Internet, Nintendo ayant très largement communiqué dessus. Chaque personnage possède sa spécialité (Vitesse, Puissance, Technique, Ruse et Complet) qui fait que chacun se joue différemment.



C'est bien beau tout cela mais je ne vous ai pas encore parlé de ce que vous pouvez faire en multijoueur. En local, pas de surprise ni de problème, il vous sera possible de faire un match entièrement paramétrable, de faire un "Défi anneaux" ou un "Super Mario Tennis" à deux.

Mais plus important (et plus décevant aussi), c'est la première fois qu'un Mario Tennis est jouable en ligne ! Il est possible de jouer soit avec des joueurs aux hasard, soit avec des amis. Le premier vous permet de monter dans le classement (remis à zéro chaque mois pour que chacun puisse devenir champion un jour). Un système de niveau permet également de rencontrer des joueurs étant à peu près aussi fort que vous. Un bémol est tout de même présent, c'est qu'il est impossible de faire un match long, seul un set de deux jeux ou un jeu décisif sont proposés. Autant contre des joueurs aléatoires, cela peut paraître compréhensible (afin d'enchaîner rapidement les matchs), autant il s'agit d'une déception quand on joue avec des amis. Également, la non-punition d'une déconnexion volontaire fait que beaucoup de joueurs éteignent leur console quand ils perdent, vraiment rageant.



Mario Tennis Open propose également un mode StreetPass. Chaque fois que vous rencontrez une personne qui possède le jeu, vous pourrez l'affronter dans le menu dédié (la console est censée jouer de la même façon que lui) ainsi que faire un Défi anneaux d'une minute avec lui. Pas transcendant mais sympathique.

Voilà pour tout le contenu du jeu. Ou presque. Car oui, tout cela fait vraiment léger dans une cartouche. Alors Nintendo a trouvé un moyen un peu facile de décupler la durée de vie de son jeu, des vêtements, raquettes et autres joyeusetés pour personnaliser son Mii. Le tout s'achetant pour un prix totalement exorbitant dans la boutique du jeu. Et les pièces ne se gagnent que de deux façons dans le jeu : à l'aide des mini-jeux et en StreetPass. Ce qui fait qu'à moins d'habiter Paris, il faudra recommencer les mini-jeux un nombre important de fois pour tout acheter. Car chaque élément de personnalisation change les caractéristiques de votre Mii. Les tenues complètes d'un personnage se débloquent en revanche en faisant un succès. Bien vu et assez prenant, le prix abusé de chaque élément gâche malheureusement un peu la fête. On aurait aimé quelque chose de plus consistant car en l'état, la cartouche reste quand même un peu vide et on a tôt fait de s'ennuyer devant la répétitivité des matchs, sauf avec un adversaire en face de soi en local.



Bien *Pas bien

  • Un système de jeu proche de la perfection.
  • Maniabilité simple mais efficace.
  • Des graphismes soignés.
  • Un Mario Tennis jouable en ligne.
  • La personnalisation de son Mii.

  • Le manque de contenu flagrant.
  • Le mode en ligne trop limité.
  • Les accessoires qui coûtent beaucoup trop cher.
  • Pas de punition pour les déconnexions.


Doté d'un système de jeu excellent et de matchs vraiment prenants, Mario Tennis Open pêche par un contenu rachitique. En dehors des matchs en local, la répétitivité de l'ensemble fait qu'on passe rapidement à autre chose, malgré la tentative désespérée de Nintendo d'augmenter l'intérêt pour le jeu avec des costumes. Vraiment dommage. Un petit gâchis.

Note finale : 14/20



* Non, pas bien, y'a le gars qui fume dans le rétro !
2 commentaires !
Pika'
Pika'
Le 11/04/2014 à 21H32
Très bon jeu en plus tu as bien noté !
blabloyox
blabloyox
Le 22/03/2014 à 09H37
il est génial ce jeu

Voulez-vous prendre Peach pour épouse, de l'aimer et de la chérir jusqu'à ce que le Game Over vous sépare ?
Comte Niark, Super Paper Mario