Connexion



Se connecter
S'inscrire

Vous êtes ici : Accueil » Jeux » Super Mario Bros : The Lost Levels » Tests » Test de Nécrospectrus

Super Mario Bros : The Lost Levels

Fiche du test
Nécrospectrus
Par Nécrospectrus
9/10
1 commentaire

Boite de Super Mario Bros : The Lost Levels

Super Mario Bros ne s'adresse pas toujours qu'aux enfants. La preuve avec cette cartouche 100% hard mode.

I) Présentation du jeu.

Sorti en 1986 uniquement au Japon sur la Famicom Disk System, un périphérique de la NES utilisant un autre format de cartouches, Super Mario Bros : The Lost Levels ou Super Mario Bros 2 pour nos amis du soleil levant est la suite de Super Mario Bros. Premier du nom.
Le jeu est prévu pour un seul joueur, mais introduit le choix du personnage. Nous avons ainsi Mario tel qu'il est apparu dans Super Mario Bros 1, et Luigi qui peut sauter plus haut mais a plus de mal à s'arrêter.
Super Mario Bros 2 est travaillé pour être bien plus complexe que son prédecesseur, à tel point que Shigeru Miyamoto préféra ne pas le sortir en occident. A la place, nous avons eu la copie de Doki Doki Panic version Mario*.

II) Le principe du jeu.

Super Mario Bros 2 est basé sur le même principe que le premier, dans les moindre détails.
Nous contrôlons donc Mario (ou Luigi), dans sa quête pour sauver le royaume champignon de la menace que représente Bowser. Comme dans le premier, nous avons un jeu de plate-formes "en quatre boutons".
Ainsi, on a la direction gauche, droite, un bouton pour sauter, et un bouton pour courir.
On retrouve également dans ce jeu les fameux objets de transformation, avec ici le champignon pour grandir, puis la fleur de feu qui permet de lancer des boules de feu sur les ennemis. Cependant, un troisième objet est de la partie : le champignon toxique. Caché dans des blocs comme les deux autres, il agit comme un ennemi une fois libéré, à savoir que le moindre contact avec lui blesse le héros. Les habitués des jeux SNES et suivants seront d'ailleurs surpris de voir que Mario est moins résistant ici. En effet, que l'on soit simplement grand ou en fleur, toute attaque nous rend à nouveau petit. Mais ne vous inquiétez pas, la parcimonie du jeu en objets bénéfiques, et la difficulté font que la fleur de feu vous semblera souvent un doux rêve.

Le premier champignon toxique du jeu.


III) Les causes de la difficulté
Comme je vous l'ai précédemment dit, ce jeu est difficile.
Tout d'abord, l'apparition des champignons toxiques et le fait de mourir au mieux en deux coups aide déjà.
Ensuite, le level design est prévu pour nous torturer. En effet, il est possible d'imaginer simplement prendre son temps, et préparer tous ses sauts. Sauf que justement non. La plupart des gouffres, notamment vers la fin sont prévus pour n'être passables qu'à condition d'être en train de courir avant le saut. En fait, dans ce jeu il faut toujours garder le bouton de course enfoncé.
Mais cette contrainte du sprint n'est pas la pire, il existe certains passages "piégés". Voici un exemple :


Là, le gouffre est trop grand pour être passé en sautant, même à vitesse maximale.


Il faut donc trouver ce bloc invisible, et courir pour sauter assez haut, avec 90% de chances de mourir en essayant. Mais on n'est toujours pas en position de passer le gouffre.


En ben oui, il fallait se tenir sur le premier bloc pour trouver un second bloc caché à côté. De là, on peut aller sur le tuyau et passer tranquillement.

Et tout le jeu n'est constitué que de passages comme ça, ou bien plus basiques, mais vicieux. On observe d'ailleurs vers la fin quelques endroits où le vent nous pousse, empêchant par la même occasion de se préparer, et permettant aussi des sauts encore plus long et donc des gouffres toujours plus grands.

Mais le level design ne fait pas tout. Les ennemis aussi sont là pour vous pourrir les vies.
Tout d'abord, les bloups. Vous les connaissez tous, ces poulpes venus vous rendre la vie impossible sous l'eau. Et bien maintenant ils ont appris à voler. On peut donc en trouver aussi dans des niveaux non aquatiques.
Une fois que l'on a un peu avancé dans le jeu, on voit l'autre délire avec les ennemis : les plantes piranha rouges. A la différence des vertes, celles-ci ne peuvent être stoppées qu'en les tuant. Peu importe que vous soyez à côté ou sur le tuyau, elles continueront sans arrêt leurs mouvements. On obtient ainsi quelques passages très frustants.

De plus, ce jeu introduit également des warp zones pièges. Une fois un de ces tuyaux atteints, il est trop tard pour reculer, il faut les prendre et accepter de retourner en arrière, dans des niveaux déjà faits.
Enfin, le jeu est également plus long avec l'apparition des mondes A, B, C et D débloqués en finissant plusieurs fois le jeu, et du monde 9, que l'on atteint en finissant le jeu sans prendre la moindre warp zone. Le challenge est donc de taille.

Malgré tout, deux points importants permettent de réduire la difficulté.
Tout d'abord, un second checkpoint est présent dans les niveaux, ce qui évite de devoir en refaire la moitié si l'on meurt avant la fin.
Ensuite, concernant le Game Over. Dans Super Mario Bros, le game over est définitif, retour à l'écran titre. Ici au contraire, le game over laisse le choix "continue or quit". Si le joueur décide de continuer, il se retrouve à nouveau avec 3 vies, au début du monde en cours.

IV) Graphismes, Bande son.

S'il y a bien une chose que l'on peut affirmer, c'est que tout est fait pour ne pas dépayser les joueurs de Super Mario Bros. En effet, les graphismes sont identiques dans les moindres détails, tout comme les bruitages et la musique.
En fait, en choisissant bien l'image, il est impossible de deviner de quel jeu elle peut provenir.
Cette remarque fonctionne pour la version NES bien entendu, mais aussi pour la version SNES, présente dans "Super Mario All Star" (la seule raison de vouloir ce jeu d'ailleurs) où les graphismes étaient améliorés.

Conclusion.
Super Mario Bros 2 suit parfaitement les traces du premier opus, peut être même trop. En tout cas, nous avons ici un soft de qualité, et proposant un challenge supplémentaire à ceux qui ont déjà réussi à finir Super Mario Bros.
Cependant, cette caractéristique en fait également un jeu plutôt rebutant pour les débutants, qui seront rapidement frustrés de mourir en boucle car ce jeu a confirmé la notion du "pixel près".

* : A noter que cette version occidentale est très importante, puisqu'elle a permi d'introduire les bob-ombs, les pidgeys, mais surtout les maskass.
1 commentaire !
blabloyox
blabloyox
Le 22/02/2015 à 10H20
les pauvres

As-tu peur des ténèbres, petit homme ?... Attention, ILS arrivent !
Boo, Luigi's Mansion