Connexion



Se connecter
S'inscrire

Vous êtes ici : Accueil » Jeux » Donkey Kong » Tests » Test de ictomario

Donkey Kong

Fiche du test
ictomario
Par ictomario
9/10
3 commentaires

Boite de Donkey Kong

Après l’explosion de popularité du personnage qu’est Donkey Kong, notamment grâce à Donkey Kong Country sur Super Nintendo, le primate prit exemple sur Cranky Kong, son père. En effet, ce fut ce dernier qui était à l’origine des aventures contre Mario dans les 3 Donkey Kong des années 80 ; où il enlevait la petite amie du plombier nommée Pauline. Pour en revenir à Donkey, sachez qu’au lieu de prendre un repos bien mérité après avoir récupéré (par la force) sa réserve de bananes (dérobée dans DKC), il a préféré capturer (à l’instar de son père) la petite amie de Mario. Bien évidemment, celui-ci accourut pour la secourir.


C’est donc ici que débute Donkey Kong ’94. Les quatre premiers niveaux-qui succèdent à l’écran titre et au choix des 3 blocs sauvegardables-sont exactement les mêmes que ceux qui constituaient le tout premier Donkey Kong. Mais alors, ce jeu n’est-il qu’un portage ? Mais, bien sûr que non ! Même si, effectivement, le gameplay, le (maigre) scénario et quelques musiques sont similaires au premier DK, il n’en est rien pour autant.

Donkey Kong ’94 a été créé par Shigeru Miyamoto lui-même, ce n’est donc forcément pas une daube. Le gameplay n’est pas révolutionnaire, certes, mais presque. Un jeu Mario a beaucoup d’actions possibles, simples à effectuer, mais si celui-ci n’échappe point à la règle, il va même plus loin, en proposant de multiples mouvements avec seulement deux boutons et une croix directionnelle.

Le moustachu peut sauter, nager, …mais il ne peut pas, contrairement à d’autres de ses aventures, courir, lancer des boules de feu ni même voler. En contrepartie , il est capable d’exécuter des actions inédites comme porter des objets, faire des sauts périlleux arrières (!), ou encore faire des doubles sauts en combinant A et Bas .



Tous ces mouvements sont nécessaires pour venir à bout des ennemis et autres pièges se trouvant sur votre chemin. Bien que les vilains soient nombreux et coriaces, certains vous seront utiles. En effet, si le crabe ne sert qu’à vous tuer, les singes, quasiment inoffensifs, vous feront franchir des passages exigus en s’accrochant à leurs queues. Même chose pour les flammes, capables de marcher et qui n’ont d’autre utilité que de vous brûler et les coccinelles qui vous laisseront volontairement monter sur leur dos.



On trouve aussi des poubelles mobiles, des tonneaux qui tuent mais qui servent aussi à tuer, des chauves-souris, des singes d’une espèce des plus meurtrières…et tant d’autres encore ! Vous les retrouverez, suivant le contexte, dans la centaine de niveaux que comporte le jeu.
Oui, vous avez bien lu, le jeu comporte plus de 100 niveaux, divisés en 9 mondes, tels que la jungle, l’avion, la ville, les montagnes, etc. Chaque monde est comme ceci : 3 niveaux puis Donkey Kong à battre puis encore 3 niveaux puis à nouveau DK à battre...



Ces niveaux sont par ailleurs très variés et riches en énigmes. Tout est bon pour vous faire réfléchir, comme des interrupteurs qui font apparaître des plates-formes, changent le sens de tapis roulants, ouvrent/ferment des portes… Il existe aussi des icônes qui mettent le jeu en une sortent de pause quand Mario passe dessus, vous permettant ainsi de disposer à la croix directionnelle des plates-formes, des ressorts des échelles…

Mais ne vous inquiétez pas, de sympathiques cinématiques vous permettront de comprendre tous ces mécanismes farfelus. Pour vous aider également, sachez que les niveaux (exceptés ceux de boss) contiennent chacun trois items, à récolter pour accéder à l’un des 2 jeux bonus. Le premier est une sorte de machine à sous, avec trois compteurs qui défilent après avoir actionné un levier. Vous gagnez ou pas des vies en fonction des icônes affichés sur les 3 compteurs.



Le deuxième bonus est une roulette, qui peut vous faire gagner jusqu’à 3 vies si vous appuyez au bon moment, en vous référençant à la musique par exemple.

A propos de bande-son, parlons-en justement. Les bruitages quand Mario saute, par exemple, sont d’excellente qualité. Les musiques, bien qu’un poil lassante à la longue sont quasi-parfaites pour des musiques de GameBoy. Les graphismes sont, à l’instar de la bande-son, quasi parfaits. Seul bémol, il est conseillé de jouer sur GBC ou GBA ou encore sur le Super Game Boy pour plus de lisibilité. La durée de vie est un point fort du jeu, bien qu’il paraisse un peu trop facile. Car quand vous finissez le jeu, l’envie de le refaire se fait sentir. Quant à la maniabilité, elle est comme on en a l’habitude avec Nintendo, c'est-à-dire parfaite.

Finalement, on ne peut reprocher à cette merveille que ses graphismes, excellents mais qui rendent l’action parfois confuse, sa bande-son légèrement répétitive malgré de superbes bruitages et sa relative facilité.

Ce soft à posséder dans la ludothèque Game Boy idéale est beaucoup plus qu’un simple portage : c’est une brillante réussite !

Les plusLes moins
  • Maniabilité exemplaire
  • Plus de 100 niveaux !
  • Énigmes tordues
  • Un peu facile
  • Bande-son un poil lassante
  • Action parfois confuse


CritèreNote
Graphismes4/5
Sons4/5
Contrôle5/5
Durée de vie4/5
Note Finale17/20
3 commentaires !
NYATHAN
NYATHAN
Le 02/02/2016 à 21H27
ha...les remake du eshop de la 3ds...un beau piege a pognonmoyen de faire découvrir les vieux jeu au jeune!
MarioGashomy58
MarioGashomy58
Le 26/08/2015 à 19H48
Il est dispo sur l'eShop de la 3DS !
blabloyox
blabloyox
Le 21/02/2015 à 16H26
il a l'air bien ce jeu

Zzz... Spaghettis... Zzz... Raviolis...
Mario, Super Mario 64